Skip to main content
Contribution to Book
Généticisation et responsabilité: les habits neufs de la gouvernance néolibérale (uncorrected proofs)
Généticisation et responsabilités. Dalloz, coll. « Thèmes & commentaires » (2008)
  • Antoinette Rouvroy
Abstract
Loin du phantasme spectaculaire d’une “maléabilité” génétique de l’être humain, et nonobstant les discours grandiloquants qui ont accompagné la très coûteuse exploration du génome humain, la “nouvelle génétique humaine” ne révèle ni ne porte atteinte à l’essence de l’être humain (encore faudrait-il qu’une telle essence puisse jamais être définie), mais révolutionne notre perception des causes des smilitudes et variations au sein de l’espèce humaine. Le néologisme ‘généticisation’ désigne la contamination progressive des discours sociétaux (médicaux, juridiques, politiques, sociologiques,...) par une logique réductionniste et essentialiste faisant des gènes la cause privilégiée sinon exclusive des variations inter-personnelles et inter-communautaires au sein de l’espèce humaine, et survalorisant le caractère prédictif (pour la santé des personnes mais aussi pour leur réussite sociale) des facteurs génétiques au détriment des facteurs socio-économiques et environnementaux. Oublieuse du caractère métaphorique des expresions telles que ‘programme génétique’ et ‘code génétique’ pour la plupart issues au modèle linguistique emprunté par la génétique pour construire son objet scientifique, la logique de généticisation, et la ‘visibilité’ croissante des différences interpersonnelles au niveau génétique, pose des questions non seulement épistémologiques mais également politiques . Que les “discours de vérité” génétiques prévalent sur les autres dispositifs explicatifs des inégalités “organiques” et sociales est du à une combinaison de facteurs que Michel Foucault aurait probablement rapportés à la formation archéologique, la strate historique dans laquelle nous nous trouvons actuellement, c’est-à-dire cet entrelac inextricable de rapports de forces sociaux, institutionnels et interprétatifs indissociable de la manière dont les individus sont formés et informés dans notre société. Les enjeux éthiques, juridiques et politiques des progrès de la génétique humaine témoignent donc de l’actualité de la question foucaldienne des rapports entre savoir et pouvoir et, plus particulièrement, des rapports entre l’évolution des modes de “production du savoir” et évolution des modes d’exercice du pouvoir .
Publication Date
Winter December 4, 2008
Editor
Marie-Angèle Grimaud, Christian Hervé, Michèle S. Jean, Emmanuelle Laforêt, Patrick A. Molinari
Publisher
Dalloz
Series
Thèmes & commentaires
Citation Information
Antoinette Rouvroy. "Généticisation et responsabilité: les habits neufs de la gouvernance néolibérale ", in Généticisation et responsabilités. Dalloz, coll. « Thèmes & commentaires ». Ed. Marie-Angèle Grimaud, Christian Hervé, Michèle S. Jean, Emmanuelle Laforêt, Patrick A. Molinari. Dalloz, coll. « Thèmes & commentaires », 2008. 109-118. Available at: http://0-works.bepress.com.library.simmons.edu/antoinette_rouvroy/15